Comment donner une nouvelle vie à ses restes de cuisine

Julie Garred
Publié : il y a 2 ans

Le compostage en soit est une excellente façon de réduire son empreinte écologique, mais les restes que nous jetons produisent tout de même du gaspillage alimentaire, surtout qu’il existe plusieurs façons de transformer ses pelures, os et tiges en délicieuses recettes.

Tiges de brocoli

Trop souvent, on ne conserve que la « bonne » partie du brocoli, c’est-à-dire la couronne, et on se retrouve à jeter la moitié du légume sans trop y penser. J’étais très coupable de ceci jusqu’à tout récemment. Même si la tige n’est pas la partie la plus appétissante, on peut facilement la transformer en potage ou la couper en juliennes pour une salade ou un sauté de légumes. Bien apprêté, on ne goûtera même pas la différence entre la tige et le brocoli.

Les os de viande

Les bouillons de viande qu’on achète à l’épicerie sont souvent remplis d’additifs et ne contiennent que très peu de vrai bouillon. Il suffit de lire la liste d’ingrédients de plusieurs marques pour ne plus vouloir en consommer. La bonne nouvelle est qu’il est très facile d’en fabriquer soi-même avec une mijoteuse ou un simple chaudron. Ce savoureux bouillon se conserve bien dans n’importe quel type de pot qui se congèle. On fait mijoter une carcasse ou des os, des carottes, céleri et oignons (ou même juste les pelures, feuilles ou tiges de ces derniers, ou tout autre légumes avec des tiges que l’on jetterait autrement) pour donner du goût et des fines herbes si ça nous plaît. Ce bouillon est riche en collagène et autres nutriments, en plus d’être si réconfortant.

Il y a plusieurs façon de préparer un bouillon et il est également possible de jouer avec la quantité d’eau afin de modifier sa concentration. Trouvez l’inspiration parmi plusieurs recettes de bouillon.

Graines de courge ou citrouille

Les graines de citrouille ou de courge sont l’ultime solution à la petite fringale de l’après-midi. Elle peuvent facilement remplacer des croustilles ou du popcorn lorsqu’on est à la recherche d’une collation salée. En plus d'être une excellente source de nutriments, celles préparées maisons sont bien, mais bien meilleures que celles que l’on trouve à l’épicerie. Une fois nettoyées, ces petites graines peuvent être assaisonnées comme on le souhaite. Peu importe, elles risquent d'être consommées rapidement!

Personnellement, j’aime bien la combinaison paprika/huile d’olive. Vous trouverez ici quelques autres façons.

Queues de fraises

Oui, les feuilles d'une fraise peuvent absolument être consommées. Lorsque que je l'ai appris, la paresseuse en moi était ravie car je pouvais consommer les fraises entières, c'est-à-dire sans enlever les queues et profiter des vitamines et fibres qu'elles contiennent (ça ne goûte même pas, je vous jure!). On me regarde souvent drôlement, alors je ne m’attends pas à ce que vous fassiez pareil. Je vous propose donc une recette de cocktail de queues de fraises, mais il y a plusieurs façons de les transformer.

Pelures d’agrumes

J’adore les pelures d’agrumes parce qu’elles sont si versatiles. On peut les infuser dans l’eau ou les zester pour les ajouter à des recettes, mais il est aussi possible d’en faire un sirop ou même une collation. Cette recette de Ricardo me paraît particulièrement appétissante.

Tiges de fines herbes

Pas toujours facile de faire un bon smoothie vert. J’en profite souvent pour remplacer le kale par du persil, question de goût et j’y intègre les tiges aussi. Les tiges de persil sont entièrement comestibles, comme plusieurs autres fines herbes. On peut facilement broyer de la coriandre ou ajouter les tiges de romarin ou thym à des soupes ou dans un bouillon de poulet.

Pelures de pommes de terre

Après avoir judicieusement préparé des patates pilées, on se retrouve avec un bac de compost plein de pelures. Ce sera donc l’occasion de préparer l’idéale collation pré-souper. Même ceux qui n’aiment pas cuisiner peuvent apprécier la préparation de cette collation si simple et délicieuse: des chips! D’autres recettes sont disponibles ici.

Bien sûr, nous n’avons pas toujours le goût ou le temps de transformer nos restes en nouvelles recettes. Voilà l’importance de les intégrer dans notre cuisine le plus fréquemment possible. Souvent, on nous indique d’enlever une certaine partie d’un aliment (ex: pelures de carottes) quand ce n’est pas du tout nécessaire. Si on ne peut pas profiter des restes tout de suite, il suffit de les conserver au congélateur pour les sortir lorsqu’on est prêt!

Articles reliés

À propos de Julie
Passionnée des saines habitudes de vie, des podcasts reliés à l'alimentation et de ses minous, Julie vous propose ses trouvailles sans prétention.

L'infolettre Glouton, pour ne rien manquer!