Crottes de fromage et viande de rat

Louis le commis
Publié : il y a 1 semaine

Je vais mourir. Pas tout de suite, mais le moment venu, j’aimerais qu’on répande mes cendres dans le bac de mes poules. Ces merveilleux êtres utilisent la cendre pour étouffer les parasites et se garder au sec.

Parlant de poulets, on a appris avec la saga du poulet congelé thaïlandais que tant qu’un produit est transformé ici, un industriel n’a aucune obligation de spécifier sa provenance. Alors, surpris d’apprendre que le P’tit Queb est fait en Ontario depuis toujours ou que le quinoa taggé d’une feuille d’érable provient des Andes? Le boss de St-Hub s’était défendu, affirmant que le poulet congelé en ti-cubes à pâté de chaîne de montage n’existait pas à prix raisonnable à moins de 12000 kilomètres. La suite a prouvé qu’il avait tort.

L’inverse est aussi vrai. Récemment, une compagnie québécoise a réussi « l’exploit » d’exporter notre célèbre fromage en crottes en France pour faire de la poutte. Pour ajouter l’insulte à l’injure au pays du fromage, les crottes arriveront congelées. Ils appelleront ça de la vraie poutine comme si les Lillois n’étaient pas capables de produire de la crotte locale.

Pourquoi faire simple?

Du classique client qui se tape une table d’hôte au Norm avec une pinte de light, mais pour qui un repas au même prix dans un resto gastronomique est « trop cher » en passant par les véganes buveurs d'Energy drink qui plaident pour l’environnement en achetant des affaires importées bourrées d’additifs; je m'inquiète pour mes clients. Mais, en bout de ligne, à qui la faute?

Pourquoi mangeons nous de la crotte? Congelée ou encannée, la question est bonne puisque les épiceries sont pleines de produits à la fois chers et pauvres sur le plan nutritionnel. Pourquoi les croquettes de mon chat contiennent de la taurine? Pourquoi de la mélamine dans du lait en poudre pour les bébés? Pourquoi de la viande de rat étiquettée comme du bœuf? Je cite certes les pires dérapages, mais savez-vous ce que vous mangez? Du old school Paris pâté porc/poulet/veau jusqu’à la néo-crotte industrio-végane, permettez-moi de douter jusqu’à ce que je finisse éparpillé dans le plumage de mes oiseaux. Autrement dit, je n'ai aucune misère avec la commercialisation du rat, tant que c'est clairement indiqué sur le paquet.

Le Pure food and drug act, une loi adoptée aux États-Unis, visait à bannir les étiquettes mensongères et la marde en can. Or, un étiquetage imprécis ou trop compliqué à lire ne sert pas le consommateur. Il avait fallu 7 semaines de travail d’infiltration au journaliste Upton Sinclair pour révéler une fraude titanesque de l’industrie du cannage de viande. Un boulot de champion qui avait mené au Pure food act, c’était en 1906.

La néo-crotte industrielle

La question a rapidement dérivé en un stérile échange de commentaires entre les végés-fiers-véganes et les fâchés-omnivores. Je parle du Beyond Meat, la boulette célèbre pour autant de bonnes que de mauvaises raisons, ma préférée étant son emballage qui flirte avec les tactiques de 1906. Je ne me tartinerai pas sur le sujet puisque d’autres l’ont fait avec brio. Mes bottines suivent mes babines, fais que j'évite de vous dire quoi manger pis anyway tant que vous achetez quelque chose; mon gérant est content.

Pour terminer cette chronique sous le thème de la contradiction, je vous présente ce restaurant américain qui n’a pas digéré l’absurde boulette Meaty surremballée-sans-viande-au-goût-de-viande et a viré capot en créant une carotte en viande. Sur ce, cuisinez, amusez-vous, santé!

Articles reliés

À propos de Louis le commis
Anthropologue amateur du commerce au détail, flexivore et un brin poète, le commis d'épicerie ose comparer les pommes et les oranges.

L'infolettre Glouton, pour ne rien manquer!