Manger selon son ADN: quand la nutrigénétique se révèle

Publié dans: Bon à savoir, Nutrition
Charleyne Bachraty
Publié : il y a 2 semaines

Terme peu attrayant – soit – mais concept passionnant, la nutrigénétique étudie la manière dont les gènes influencent la réponse de l’organisme aux aliments. Derrière cette idée peu intuitive au premier abord, il s’agit de comprendre que tout le monde n’a pas les mêmes besoins alimentaires. Ainsi, pour certains individus, des aliments peuvent avoir des effets bénéfiques sur la santé, alors que pour d’autres, ils pourraient être néfastes. L’objectif de la nutrigénétique est donc d’établir un régime alimentaire personnalisé, en fonction de son patrimoine génétique. Pourquoi ? Pour se maintenir en forme et prévenir l’apparition de certaines maladies chroniques.

UNE RECHERCHE ÉMERGEANT VITE ET FORT

Et le Québec est particulièrement dynamique dans ce domaine. Pour preuve ? L’étude menée auprès de 2238 adultes par une équipe de l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF) de l’Université Laval, et publiée dans la revue scientifique Genes & Nutrition. Les résultats sont impressionnants : « Plus de 90 % des Québécois francophones sont disposés à suivre un régime alimentaire particulier, basé sur des tests de nutrigénétique – surtout s’ils apprennent qu’ils ont un risque accru de souffrir de certaines maladies ». Bénédicte L. Tremblay, candidate au doctorat en nutrition à l'INAF et quasi porte-parole, présente et vulgarise ce concept dans de nombreuses présentations publiques.

Si la nutrigénétique opère un virage plus médiatique au Québec, la recherche est également très dynamique en Europe, notamment en France. Une équipe de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) étudie actuellement les effets du lycopène – pigment donnant la couleur rouge à la tomate – sur l’obésité. Les premiers tests ont montré que le lycopène incorporé à un régime obésogène, pouvait en réduire les risques.

ORIENTER SON ALIMENTATION…

Manger moins de gras, moins de sucre, plus de légumes… et faire un test nutrigénétique ? Est-ce que cette maxime pourrait dicter nos bonnes résolutions alimentaires ? Sachez qu’il est effectivement possible de consulter des nutritionnistes pour passer les tests en question ou effectuer un bilan génétique nutritionnel. Sachez également que le coût associé tourne autour de 400 $. Cela dit, il est important de s’adresser à des professionnels, pour interpréter correctement les résultats et les convertir en recommandations nutritionnelles.

Est-ce que le prix en vaut le jeu, la chandelle et l’argent du beurre ? Sans prêcher pour l’absolu, Bénédicte L. Tremblay vante le côté préventif de la démarche :

« Si un test montre qu’une personne est plus sujette à développer de l’hypertension artérielle en dépassant l’apport maximal tolérable en sodium de 2300 mg (entre 14 et 50 ans), elle risque de faire plus attention. On lève un drapeau rouge ».

… POUR MODIFIER SES HABITUDES ?

À toute nouvelle science, son lot de réserves. En premier lieu, les recherches, tests et observations doivent continuer de nourrir (!!!) - ou pas – ces résultats prometteurs. L’ordre professionnel des diététistes du Québec tient entre autres à rappeler que si la nutrigénétique et « sa sœur » - la nutrigénomique - ont pour but de dépister les patients à risque de développer une pathologie, il faut considérer l’ensemble des facteurs de risque.

Finalement, vous pourriez tout-à-fait, si l’envie et le portefeuille vous en dit, explorer votre « ADN alimentaire », découvrir vos spécificités et vous laisser conseiller par des professionnels. La nutrigénétique ne peut pas encore être considérée comme infaillible, mais une chose est sûre : elle fonctionne de pair avec les fameuses bonnes pratiques alimentaires. Si une habitude est à changer, commencez donc par les adopter !

Pour toute information supplémentaire, contactez l’Ordre professionnel des diététistes du Québec ou Les diététistes du Canada

Sources : La Presse. _Les Québécois veulent manger selon leur ADN. 2019. [En ligne]. INRA. Dis-moi quel est ton ADN, je te dirai que manger_…. 2018. [En ligne].

Articles reliés

L'infolettre Glouton, pour ne rien manquer!