Les héros scannent des codes-barres

Louis le commis
Publié : il y a 4 jours

Code rouge! Une madame échevelée tousse-crachote dans le rack de rabais. Pogné pour nettoyer les pots de crème à glace un par un pour la quatrième fois dans la journée, je me résigne et me répète qu’au moins, je ne suis pas pogné à la caisse.

Pas que caissier soit une job plus risquée, mais au moins je n’entendrai pas chaque ostifie de client me parler du virus appuyé sur sa pile de triple épaisseur. Pis non, je reprendrai pas tes vides même si tu me redonnes ton deux et soixante-cinq.

Le positif

Face à la crise, il existe autant de réactions que de produits industriels dans mes rayons. Les survivalistes pètent leurs bretelles, les misanthropes poppent le champagne et les solidaires se serrent les coudes. Le clipper remplace la coiffeuse pis les maudits jeunes comme moi font presque pu de bruit. Autre gros point positif; facebook est rendu un média social. Bref, on attend quoi pour changer ses habitudes à l’épicerie?

Démissionner

Je m'égare. Revenons au temple des petites habitudes; le supermarché. Face à la crise, les commis deviennent aseptiseurs en chef, psychiatres de brousse et anthropologues des épidémies modernes. C’est ben cool les héros d’hôpitaux équipés comme Batman en mission, mais les commis risquent aussi leur vie. Parlant de Batman, je lui conseillerais d'inverser son masque pour les prochaines semaines. C'est pratique de pas être reconnaissable, mais la santé c'est pratique aussi.

Certains épiciers ont pigé la game et décidé de payer leurs employés 2$ de l’heure de plus. Est-ce que ça va redescendre dans une coupe de mois? On prend les paris.

Qu’est-ce que ça va prendre pour une toux dans ton coude, un sourire pis un merci; notre démission? Le monde va avoir l’air fin en crisse si on décide de sacrer notre camp en bloc. On ne demande pas la lune plastifiée, juste de faire plus attention. Le travail d’Hercule pour ma santé mentale, c’est pas de renettoyer les rayons 36 fois, mais de constater que le plus grand défi de l’humanité, c’est changer ses petites habitudes. Parlez-en au dérèglement climatique.

En terminant, je vous laisse la recette Infoman pour fabriquer votre gel hydro-alcoolique chez vous et arrêter de pooler de l’argent dans Purell. Lavez vos fruits et vos mains. On vous watch.

Articles reliés

À propos de Louis le commis
Anthropologue amateur du commerce au détail, flexivore et un brin poète, le commis d'épicerie ose comparer les pommes et les oranges.

L'infolettre Glouton, pour ne rien manquer!