Les fruits et légumes de saison, le bon choix santé et économique

Chloé Verslype
Publié : il y a 1 an

On s’est déjà tous laissés tenter par un étal flamboyant de fruits rouges, de pêches, de melons qui rayonnent de couleurs et nous font oublier la grisaille de l’hiver. On les glisse dans notre panier en sautillant pour passer à la caisse à toute vitesse et les dévorer avidement… Mais, première embuche sur notre parcours fruité : le prix ! Pas grave, c’est un caprice, on en profitera doublement. Le bonheur de manger autre chose que des pommes vaut bien ça, on glisse une fraise en bouche et là, catastrophe ! Insipide, croquante, à se demander si elle a été peinte en rouge. Pour se consoler, on se dit qu’au moins c’est bon pour la santé… Mais, malheureusement, pas tant que ça ! Consommer des produits de saison est une manière astucieuse de faire des économies mais pas seulement, ils possèdent de nombreux atouts souvent méconnus.

1. Ecoutons notre corps…

Ils contiennent exactement ce dont notre corps a besoin, quand il en a besoin ! La nature est bien faite, les aliments de saison répondent parfaitement à nos besoins nutritionnels du moment. En hiver, notre système immunitaire est plutôt faiblard, il lui faudrait un petit coup de pouce : bingo, c’est la période des agrumes ! Par ici, les oranges chargées en vitamines D. Pour survivre au froid, nous dépensons beaucoup d’énergie. Pas de problème, les légumes d’hiver tels que les potirons, patates douces ou topinambours sont plus riches en glucides et en calories. À l’inverse, les fraises, les concombres, les melons sont gorgés d’eau et nous permettent de passer l’été bien hydratés !

2. Et notre porte-monnaie

Les coûts de production sont moins élevés en pleine saison car il ne faut pas compenser le manque de lumière ou accélérer la maturation en traitant les fruits et légumes. Et, si vous les choisissez locaux, vous évitez les frais liés au transport et à la conservation ainsi que les taxes sur l’importation qui peuvent augmenter le prix de vente. Vous soutenez également l’économie locale. Bon plan donc pour notre budget !

3. Réveillons nos papilles

Le goût est un argument imparable. En effet, les fruits et légumes cueillis à maturité, ont bénéficié des rayons du soleil, des nutriments de la terre et de l’eau qui leur procurent leur belle saveur. Leur fraîcheur et leur qualité proviennent du fait qu’ils aient été récoltés au moment propice, dans les conditions naturelles optimales. Ce n’est plus un secret, les fruits et légumes provenant de l’autre bout du monde sont généralement surgelés, ils perdent donc en saveur et gagnent en goût… d’eau !

4. Protégeons notre santé…

Pour pallier le manque de soleil et de nutriments dans le sol, on arrose les plantes de pesticides qui peuvent se révéler nocifs pour notre corps et notre planète. De plus, certains pays importateurs ne respectent pas les mêmes conventions en matière de toxicité des produits, c’est-à-dire qu’ils sont autorisés à utiliser des produits interdits chez nous car jugés trop toxiques.

5. Et notre planète

Les fruits et légumes hors saison proviennent en partie de la culture sous serres qui est un gouffre énergétique. Installées dans des zones très ensoleillées, elles conduisent souvent à un assèchement des rivières et des nappes phréatiques car leurs besoins en eau sont démesurés. Ces productions massives entraînent un dérèglement de l’écosystème et ont de lourdes conséquences sur la faune et la flore locale. Pêches du Chili, fraises de Floride, asperges de Chine… les aliments voyagent plus que nous ! L’importation pollue énormément, ça ne sert pas à grand-chose de limiter notre propre empreinte carbone si nos fruits et légumes prennent l’avion chaque jour.

L’idée est très simple, il suffit simplement de consommer ce que la nature nous propose en temps réel.

Et si, dès décembre, vous n’en pouvez plus de vous farcir l’ennuyeuse pomme, le chou tristounet ou la sempiternelle pomme de terre : pensez aux fruits et légumes surgelés ou en conserve. Ils sont une bonne alternative aussi bien sur le plan nutritionnel que financier. En plus, vous pouvez les préparer vous-mêmes ! Et oui, nos grands-parents l’avaient bien compris avec leurs bocaux d’haricots verts, de pêches au jus et poires au sirop toujours prêts au fond du placard.

Alors, convaincus ?

Articles reliés

À propos de Chloé
Diplômée en journalisme et chocolaterie-confiserie à Bruxelles, Chloé évolue entre ses deux passions : la gastronomie et l'écriture. Très sensible à l'alimentation santé, elle a co-écrit le livre "L'assiette pour se régaler pendant un traitement anti-cancer" paru chez Hachette. Son idéal : manger sainement, des produits locaux, éthiques et écologiques, limiter un maximum le gaspillage, privilégier le fait-maison et surtout se régaler!

Pour ne rien manquer!

Recevez l'infolettre et les meilleures aubaines des épiceries directement dans vos courriels chaque semaine.