Régime sans gluten: le vrai du faux

Publié dans: Bon à savoir!
Chloé Verslype
Publié : il y a 2 mois

Les produits estampillés sans gluten envahissent les rayons des magasins depuis quelques années déjà. Du pain, des confitures, des pâtes, des sauces et même de l’eau (non, moi non plus je n'ai pas compris) On trouve de TOUT dans la gamme et parfois n’importe quoi. À se demander si on nous vendra un jour des capsules d’air sans gluten!

Mais est-ce un nouveau régime à la mode, une superbe stratégie marketing ou un réel problème de santé ? Et bien, un peu des trois à la fois ! Éclaircissons ces quelques questions parce que pour certains le gluten, c’est vraiment un ennemi à abattre.

1. Mais c’est quoi en fait le gluten ?

Le terme gluten désigne un assemblage de protéines que l’on retrouve dans certaines céréales : le seigle, l’avoine, le blé, l’orge, le kamut et l’épeautre. Il n’est pas présent dans le produit brut, il se forme au cours lors du pétrissage, au moment de l’ajout de l’eau. Le gluten a la propriété d’être élastique, il retient les gaz de fermentation dans de petites bulles et va permettre à la pâte de lever et lui donner, après cuisson, une consistance moelleuse et une texture aérée.

2. Être cœliaque = être intolérant

La maladie cœliaque est une maladie chronique et auto-immune de l’intestin. Il s’agit en fait d’une intolérance à ces fameuses protéines. Leur consommation provoque une réaction immunitaire anormale qui entraîne une inflammation de la paroi intestinale. En gros, le corps les prend pour un ennemi, déclenche l’alerte générale et son système de défense. Et c’est loin d’être une partie de plaisir pour les personnes qui en sont atteintes : diarrhée, douleurs, ballonnements, fatigue et, si l’inflammation persiste cela peut aller jusqu’à la malnutrition : les intestins endommagés n’absorbent plus correctement les nutriments dont le fer, l’acide folique, le calcium, la vitamine D, les protéines et les graisses. Cela peut provoquer de l’anémie, de l’ostéoporose, des problèmes neurologiques et un retard de croissance chez les enfants. Cette pathologie parfois difficilement détectable aux tests d’intolérances doit être prise au sérieux car les dommages sur l’organisme sont irréversibles. Le seul traitement efficace connu est la diète sans gluten !

3. Être allergique

L’allergie au gluten provoque des symptômes typiques allergiques comme des gonflements, démangeaisons, difficultés respiratoires,… Elle est heureusement assez rare et facilement diagnosticable.

4. Être hypersensible

On confond très souvent intolérant (=cœliaque) et hypersensible. En résumé, être hypersensible au gluten signifie ressentir les mêmes effets indésirables que les personnes cœliaques mais sans détérioration de la muqueuse intestinale et sans les complications qu’elle peut entraîner. Il s’agit donc de gênes au quotidien, de troubles digestifs, pas toujours évidents à relier avec la consommation d’aliments contenant du gluten car ils peuvent apparaître plusieurs heures voire jours après. C’est un problème encore assez méconnu des professionnels de la santé et sa détection peut se révéler complexe.

5. D'autres raisons médicales éventuelles

Parmi les adeptes du régime « no glu », on peut citer, par exemple, des personnes souffrant du syndrome du côlon irritable et qui affirment constater un soulagement ainsi que certaines femmes sujettes à l’endométriose qui disent ressentir une diminution de leurs douleurs en bannissant certaines céréales. Aucune certitude scientifique de ce côté mais plutôt une volonté de soulager les symptômes de certaines pathologies en supprimant ou diminuant le gluten. Rien d'avéré donc la prudence reste de mise.

6. Un effet de mode risqué

De nombreux sportifs et célébrités clament haut et fort qu’arrêter le gluten leur a fait retrouver vitalité, forme et minceur. Le « No glu » c’est super tendance ! Mais attention, la communauté médicale se montre très sceptique sur cette tendance car les produits sans gluten sont souvent plus chargés en sucres, en graisses et en sel. Il n’est pas recommandé d’adopter la diète si l’on n’a pas été diagnostiqué car, sans suivi médical, elle pourrait entraîner de graves carences alimentaires et rendrait le dépistage de la maladie encore plus difficile. Certaines entreprises ont quant à elles surfé sur la tendance en proposant une gamme énorme de produits gluten free à grandes doses de marketing.

Rappelons-le, il faut absolument consulter son médecin avant de changer son alimentation et ne surtout pas suivre les phénomènes de mode aveuglément !

À propos de Chloé

Diplômée en journalisme et chocolaterie-confiserie à Bruxelles, Chloé évolue entre ses deux passions : la gastronomie et l'écriture. Très sensible à l'alimentation santé, elle a co-écrit le livre "L'assiette pour se régaler pendant un traitement anti-cancer" paru chez Hachette. Son idéal : manger sainement, des produits locaux, éthiques et écologiques, limiter un maximum le gaspillage, privilégier le fait-maison et surtout se régaler!

L'infolettre Glouton, pour ne rien manquer!