Un additif avec ça?

Par : Louis le commis
Publié : il y a 6 mois

Maltodextrine, nitrates, carraghénane, saccharine et hydroxyanisol se retrouvent dans votre épicerie. Savez-vous ce que c'est? Ces mots ont une autre utilité que pour clancher votre grand-mère au Scrabble. Même pas besoin de savoir ce que c'est, juste à éviter les ingrédients imprononçables. En d'autres mots, si tu sais pas c'est quoi, y'a des bonnes chances que ce soit de la marde.

En refaisant le facing des rayons, la curiosité de lire l'étiquette me pique souvent. Si tu es capable de lire ce texte, je t'encourage à lire les étiquettes aussi. Que ce soit pour la texture, le goût, la couleur ou la conservation, les industriels de l'alimentation mettent toutes sortes de choses dans la bouffe. Certains sont interdits aux states, en Australie ou en Norvège, mais pas chez nous. Bref, les lois sont floues, les mots ne veulent rien dire et ça devient difficile de s'y retrouver.

Un jeu d'enfant

La première solution est d'éviter les aliments qui contiennent plus de 5 ingrédients. La principale raison est souvent qu'il est possible de le cuisiner soi-même. Il y a plein de belles recettes sur Internet (clin d'oeil clin d'oeil). La plupart des additifs nocifs se retrouvent dans les aliments transformés. Les pires additifs augmentent les risques de maladies du cœur, de certains cancers, sont des perturbateurs endocriniens ou causent des réactions allergiques sur le long terme. Faites le test en famille, fouillez votre garde-manger, spottez un mot digne des créatures de Star Wars (tartrazine, benzoate, glutamate monosodique, etc.) et googlez-le.

Bon pour le cœur!

Riche en fer, riche en oméga-3, choix santé, antioxydants, faible en gras et bon pour les muscles sont autant de slogans qui cachent des nids à additifs. Même chose pour la bouffe avec des personnages funnés pour attirer les enfants. À Découverte (l'émission de Radio-can), j'ai entendu que 75% du sucre ingéré par les Canadiens est identifié sous un autre nom que le mot « sucre ».

La maltodextrine se retrouve dans les chips, les nitrates-nitrites dans les charcuteries et bon nombre de cochonneries innommables dans les friandises. Pour tous produits, il y a des marques, des saveurs moins pires que d'autres, mais pour les connaître il faut chercher. Par exemple, certaines boucheries travaillent sans nitrites. Il faut le demander à son boucher. Le produit fini (bacon, saucisse ou jambon) va se vendre congelé pour contrer le développement de bactéries. Pour faire le tour de la question le commis rigoureux vous recommande le livre « Le nouveau guide des additifs ».

C'est la partie plate des additifs. À part les écrire dans la liste des ingrédients, les industriels n'ont absolument aucun intérêt à vous expliquer pourquoi l'additif est là et les risques qu'on prend à le manger. Faut pas virer fou avec ça, mais comme on dit; « vaut mieux savoir que ne pas savoir ». Après, vous achèterez ben ce que vous voulez ;)

À propos de Louis le commis

Anthropologue amateur du commerce au détail, flexivore et un brin poète, le commis d'épicerie ose comparer les pommes et les oranges.

Recevez les nouvelles recettes chaque semaine