Le test du « bonjour »

Par : Louis le commis
Publié : il y a 5 mois

C'est le matin, on vient tout juste d'ouvrir. Je suis genou à terre pour nettoyer une tache sur le plancher. Je frotte avec une guenille carottée. Une dame approche de moi dans la rangée. « Travaillez-vous ici? », qu'elle me demande, debout au-dessus de moi. J'ai buggé. Puis, j'ai bégayé un « oui oui » en me relevant.

Je me demande si les grandes chaînes font porter des uniformes à leurs employés uniquement pour leur éviter de se faire poser cette question. Ces temps-ci, les gens portent encore des manteaux. Une fille en t-shirt qui fait la rotation des cans un genou à terre, pas besoin d'un bacc en perspicacité pour deviner qu'elle n'est pas juste une cliente fucking serviable. Un collègue plaçait des sacs de noix qu'il sortait d'une boîte quand la question l'a percuté en pleine face. Vous imaginez le choc nerveux quand ça nous arrive.

Le mot interdit

Des collègues et moi, tous comportemento-sociologues amateurs que nous sommes, avons fait le test pour vous. On a orienté toutes les discussions ne débutant pas par « bonjour », dans le but d'obtenir la commune salutation ou un équivalent. Conclusion; certaines personnes ne saluent point. C'est la question direct à frette et ça nous regarde avec des gros yeux comme si on était débiles de répéter « bonjour » sans arrêt. Et non, « travaillez-vous ici », n'est pas une formule de politesse.

L'anecdote bonus

L'anecdote en prime de la semaine nous vient d'une dame d'un certain âge qui tient mordicus à acheter un pain tranché passé date. Elle demande un rabais. On lui refuse parce que son pain comporte de vastes zones vertes et bleues. Elle insiste; « je le congèle avec des kleenex entre les tranches pour garder l'humidité et ça fonctionne très bien ».

La dame souhaite éviter le gaspillage, c'est clair, mais je suis allé un peu plus loin dans l'analyse. Puisque son souci de conservation dépasse l'entendement, je la soupçonne d'adopter les techniques médicales du roi cinghalais Dutugemnunu. En -150 avant Jésus, il gardait des réserves de pain avec ses armées. Avant la découverte de la pénicilline, les moisissures servaient à soigner les infections (ne pas essayer à la maison). Bonjour à vous!

À propos de Louis le commis

Anthropologue amateur du commerce au détail, flexivore et un brin poète, le commis d'épicerie ose comparer les pommes et les oranges.

Recevez les nouvelles recettes chaque semaine